-------------------------

La page de présentation
de mon ex-candidature
(démissionnaire)
des législatives 2017

avec son programme proposé :
Cliquer ici !


-------------------------


Le sommaire
des articles proposés



-------------------------



Revoir ma page
des résultats de campagne
des sénatoriales françaises
dans le Jura en 2011

le bonheur national brut

Cliquez ici !


-------------------------


Revoir ma page
des résultats de campagne
des élection européennes de 2014
dans le Grand Est de la France

Lire ici !

Elections européennes de 2014

-------------------------




Pistes de réflexions pour le futur :


“La fin de la faim !”

 
À propos de la nécessité de réviser
nos modes de vies,
décroissance au Nord,
aide au développement au Sud,
permettant de favoriser
la dénatalité mondiale,
en favorisant une alimentation
plus végétarienne…


 
les animaux ont aussi un cœur !
Cliquez ici !




-------------------------



“Ma vision de la France !”

“ La France telle que je la conçois
pour son futur lumineux ! ”

par
Pierre Sarramagnan-Souchier,
ex-candidat (démissionnaire)
dans la 7e circonscription
des Français de l'étranger


Cliquer ici !

la France et ses annexes d'Outre-Mer


--------------------------


“La voiture…
Une solution pour freiner
son expansion ! ”

par
Pierre Sarramagnan-Souchier,
ex-candidat (démissionnaire)
dans la 7e circonscription
des Français de l'étranger


Cliquer ici !

le stock des voitures invendues


--------------------------


“Une société sans taxes,
sans TVA et sans impôts,
c’est possible !”

par
Pierre Sarramagnan-Souchier,
ex-candidat (démissionnaire)
dans la 7e circonscription
des Français de l'étranger


Cliquer ici !

Incroyable ! Une société sans impôts est possible !


--------------------------
 

“ Je ne vous aurais fait
aucune autres promesses ! ”


par
Pierre Sarramagnan-Souchier,
ex-candidat (démissionnaire)
dans la 7e circonscription
des Français de l'étranger


Cliquer ici !


Pierre Sarramagnan-Souchier


--------------------------

Création du site : 13 février 2017,
dernière modification de la page : le 9 mai 2017,
Contact webmaster -

-------------------------



Élections législatives françaises des 11 et 18 juin 2017 :

 
La page de campagne de Pierre Sarramagnan-Souchier,
ex-candidat (démissionnaire) du Mouvement éco-citoyen #100%
avec l'Alliance écologiste indépendante
pour la 7e circonscription des Français de l'étranger.
 


“Pourquoi
j’aurais été probablement
un député fictif!”

la volaille parlementaire dans l'hémicycle
La volaille parlementaire dans l'hémicycle !




Bonjour à vous !

Je vous mets un sujet de réflexion à propos d’une réalité qui m’interpelle.
En effet, tout député (de sexe masculin) doit, pour pouvoir entrer dans l’hémicycle du parlement français, porter obligatoirement une cravate (ou à défaut un nœud papillon).
Or, il se trouve que tout comme le parti politique espagnol Podémos, je n’accepte pas cette dictature culturelle conformiste (mon tempérament anarchiste n’est jamais loin et veille au grain…).

C’est pourquoi, dans l’éventualité où les électeurs me feraient la surprise d’être leur représentant élu pour la 7e circonscription des Français de l’étranger, (ils sont 140.000 à être inscrits dans les consulats et ambassades de cette circonscription !), je ferais en sorte de ne pas porter de cravate, ni de nœud papillon. Je me présenterais devant les huissiers du parlement en habit de citoyen ordinaire avec ses couleurs et la tenue vestimentaire correcte mais dont la liberté m’appartient. Je n’ai d’ailleurs, à 65 ans pratiquement jamais porté de cravate !



Pierre Sarramagnan-Souchier en plein travail (en 2014) !
Pierre Sarramagnan-Souchier en plein travail (en 2014) !


A quoi m’aurait d’ailleurs servi une cravate comme ouvrier typographe, polygraphe, reporter-photographe, journaliste, berger et chevrier, vendangeur, tailleur de vignes, manœuvre dans les multinationales, plongeur et serveur dans des bistros et restaurants, chômeur et demandeur d’emploi pour des métiers sans qualifications, comme intérimaire précaire, comme adulte handicapé pendant mes temps de dépressions, comme un bouddha en herbe pendant mes méditations, etc. Toutes activités que j’ai eu le loisir de découvrir avec plus ou moins de bonheur… et qu’en temps qu’élu je ne renierais pas, car c’est avec tout ce passé instructif que je suis élu comme représentant parlementaire de ce pays. Il ferait d’ailleurs beau voir que je me renie pour les beaux yeux de la République qui ne pense qu’à broyer les peuples et les identités culturelles diverses en imposant des lois répressives à défaut d’être imaginatives.

Non mes amis, c’est sans cravate que je serai devant la porte du parlement et en serai refoulé. (Sauf à avoir l’audace de me défiler en biaisant et en présentant une dispense médicale de non port de ce bout de tissu car mes maladies diverses antérieures me permettraient de justifier cette dérogation !)

Donc, je serais alors de fait, un député fictif n’ayant aucun accès et aucun pouvoir de décision sur des lois à voter ! Un vrai emploi fictif en somme !

Serait-ce une impasse ? Oui et non ! Car rien n’empêche de demander par une pétition citoyenne ou autre formule, comme une lettre au Président du Parlement ou autre action à définir, une demande de changement du règlement intérieur pour plus de souplesse et de fluidité vestimentaires pour les parlementaires Français, les autorisant à se vêtir correctement, mais comme bon leur semble et ce à leur entière liberté citoyenne.

Car, bien que l’habit ne fasse pas le moine, n’oublions pas que les députés sont censés pondre des lois pour le futur des peuples et ce n’est pas en se réfugiant dans les carcans vestimentaires ringards des temps passés qu’ils trouveront les aspirations nécessaires pour œuvrer à un mouvement populaire dynamique cohérent pour les citoyens du monde en devenir. Soyons-en certain ! D’ailleurs on notera au passage que les députés européens n’ont pas obligation au port de la cravate pour siéger à l’assemblée de Bruxelles et de Strasbourg. La France aurait-elle là encore un retard certain !

Voilà résumé brièvement « Pourquoi je serais un député fictif ! »

Et puis à bien y réfléchir, je me dis que ce ne serait pas une mauvaise affaire que d’être un député fictif, car comme le disait Lao-Tseu dans le Tao te King : « Plus les lois se manifestent, et plus les voleurs s’accroissent. » (http://www.revolutionpermanente.fr/Les-deputes-et-les-senateurs-ont-vote-un-amendement-qui-couvre-leurs-delits-economiques-et)

Bien à vous, votre serviteur du bon sens!



Pierre Sarramagnan-Souchier, le 13 mars 2017,
ex-candidat pour les législatives françaises de 2017,
du Mouvement éco-citoyen #100%,
dans la 7e circonscription des Français de l'étranger
http://pierre.souchier.free.fr/legislatives2017/index.html


—————————

Note : Selon le règlement du Palais Bourbon, les députés absents plus de deux fois par mois en commission, le mercredi matin, s’exposent à une retenue de 25 % sur les 1.420 euros d’indemnité de fonction qu’ils perçoivent. ( Lire ici !)
Bon les présences fictives et les absences (Lire ici !) et retenues d’indemnités ne devraient peut-être pas être trop gênantes pour le budget d’un député (compter 12 870 € brut mensuel ( Lire ici !) ou 5 177 € net par mois ( Lire ici !) et il devrait aussi rester quelques piécettes pour les vieux jours ( Lire ici ! ).







———

L'Espagne de Podemos a beaucoup d'avance sur la France,
alors nous allons copier leurs bonnes idées…

Ce qu'ils font depuis 2016…


podemos au palement espagnol
Actualité positive : Phénoménale Espagne en mouvement (1)

ÉDITORIAL de Nuit & Jour du 16.01.2016 :
"Faire entrer la rue au Parlement", ce qui, pour changer, ne signifiait pas renverser le gouvernement par des manifestations, mais se présenter aux élections et faire élire des gens d'une autre sorte. "Plus jamais un pays sans ses gens", tel fut le slogan tout simple de Podemos pendant la campagne électorale. Ce n'est pas incendiaire du tout. Ni exagéré, à moins qu'on ne considère l'Espagne ou la France parfaitement représentée par des mâles blancs quinquagénaires sortant des facultés de droit, de la fonction publique, des grandes écoles et des bonnes familles. Sommes-nous représentés à l'Assemblée nationale ? Non, pas du tout. Il n'y a qu'à voir le fossé gestuel, verbal et vestimentaire entre Jean-Vincent Placé ou François de Rugy avec les militants de leur parti pour voir à quel point les institutions sont faites pour ceux qui tiennent le peuple à distance. Aussi célébrons-nous le changement qui vient de se manifester (c'est à dire littéralement : il s'est rendu manifeste, palpable, visible) lors de la cérémonie d'investiture des nouveaux députés au Parlement espagnol. Comme un signe des temps à venir. La démocratie doit être réparée pour que nous soyons prêts, vraiment prêts, à répondre à l'appel de la République, comme dans le fameux chant révolutionnaire ("La République nous appelle / Sachons vaincre ou sachons périr / un Français doit vivre pour elle / Pour elle un français doit mourir"), puisque c'est d'actualité. Il faut que le pouvoir retombe du ciel sur terre. Le reste coulera de source.

"Nous sommes des gens normaux qui faisons de la politique" - c'est ce que n'a cessé de répéter Podemos pendant la campagne électorale. Et il est clair que c'est le trait le plus frappant chez les dirigeants et élus de Podemos : ils ont encore l'air d'être des vrais gens ! De sortir dans la rue. Et ils parlent simplement, directement. A côté, tous les autres ont l'air de politiciens, de fonctionnaires, de gouvernants, sans doute parce que c'est qu'ils sont, tout simplement. Entre "nos représentants" et nous, la distance est très grande. Podemos aura déjà prouvé - et rien que cela, c'est énorme et salutaire - qu'il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi. Tous, nous pourrions gouverner. Nous pouvons maintenant, grâce à eux, "nous voir" très bien gouverner. Ada Colau et Manuela Carmela sont loin d'être les pires maires que Barcelone et Madrid aient connu. Le rocker andalou José María González, le maire de Cádiz que toute la ville appelle Kiki depuis des années, est très bien à sa place à la mairie. Une boucle d'oreille, une queue de cheval, n'empêchent pas l'intelligence, le sérieux et l'honnêteté. Même si beaucoup d'électeurs l'ont tant entendu répéter qu'ils ont fini par le croire. Gouverner, c'est pour les cravatés. Eh bien, pas forcément.
Nous conclurons en vous communiquant l'avertissement amical d'un lecteur qui a tâté des institutions dans un gros conseil régional : "Pourquoi allez-vous mettre les pieds dans la marée noire ? Toutes les richesses militantes amoureuses d'un autre monde se font absorber par les institutions mangeuses de leur temps. Nos meilleur.e.s militant.e.s vont se couper de celles et ceux qui les ont fait.e.s si admirables dans leur révolte. Leurs acquis au sein de la pratique créatrice des peuples vont se réduire comme une peau de chagrin à chaque réformette qu'ils/elles s'épuiseront à obtenir. Vive le désintérêt pour les organisations des puissants de ce monde comme le proposait Jean Rouaud dans une adresse à sa fille." Comme cela, il saura qu'il est entendu de nous tous.
Mais aujourd'hui, nous ne boudons pas notre plaisir. Quelque chose de neuf, quand même, est arrivé.
Nuit & Jour (http://www.nuitetjour.xyz/) du 16.01.2016.

Lire aussi : "Poux" et dreadlocks s'invitent au parlement espagnol après l'élection de ce député Podemos (lire ici !)

Illustration : Une députée de Podemos au Parlement espagnol Nuit & Jour du 16.01.2016.



Elue de podemos votant en Espagne avec son bébé

Actualité positive : Phénoménale Espagne en mouvement (2)

Carolina Bescansa, fondatrice et maintenant députée de Podemos, est venu prêter serment avec son fils de six mois, qu'elle allaite, ce qui a suffisamment choqué le PP pour qu'il lance toute une polémique là-dessus.

Avec le geste de Carolina Bescansa, Podemos poursuit trois objectifs : 1. Mettre la garde des enfants au centre du débat, parler d'eux quand on fait de la politique, et ne pas faire qu'ils soient une affaire privée avec laquelle les femmes n'ont qu'à faire face elles-mêmes 2. Répartir ces gardes entre hommes et femmes. C'est à dire faire en sorte que les congés parentaux soient répartis également entre eux. 3. Mettre les enfants avant tout le reste, ce qui inclut de garantir l'accès universel aux crèches et maternelles, pour que ce ne soit pas un privilège réservé à ceux qui peuvent débourser 400 euros par mois.
Nuit & Jour du 16.01.2016.Illustration Nuit & Jour.



élu de podemos votant

Actualité positive : Phénoménale Espagne en mouvement (3)

RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE AU PARLEMENT ESPAGNOL : UN GOUVERNANT DÉCOUVRE POUR LA PREMIÈRE FOIS À QUOI RESSEMBLE UN GOUVERNÉ

Que lisez-vous dans ce regard de Mariano Rajoy sur ce nouveau député à dreadlocks ? De l'incompréhension? De la stupéfaction ? Du cynisme ? De l'hostilité ? On a beau dire tout ce qu'on veut sur ce qui oppose dans leurs choix nos députés, l'homogénéité de manières règne au parlement français, et on n'y a jamais vu telle dissemblance entre deux mondes. Celui de la rue et celui du pouvoir.
Nuit & Jour du 16.01.2016. illustration : Alberto Rodriguez, député de Podemos.



handicapée de Podemos votant

Actualité positive : Phénoménale Espagne en mouvement (4)

POUR QUE SOIENT PLEINEMENT RECONNUS LES DROITS DES HANDICAPÉS EN ESPAGNE

"Je ne retournerai pas prêter serment en tant que représentant du peuple dans une salle avec des barrières." C'est la revendication de notre sénatrice Virginie Felipe, quand, hier, elle est est venue assumer ses fonctions au Sénat. Il faut faire en sorte que, dans tous les domaines de la société, il n'y ait de limites de circulation pour personne, y compris dans une institution comme le Sénat.
Nuit & Jour du 16.01.2016.

———

les hommes politiques…




———

NE RESTONS PLUS LES ESCLAVES DES PUISSANTS QUI NOUS GOUVERNENT !

———




« Aucune cause n’est perdue tant qu’elle n’est pas abandonnée ! »